Gen’s pas collectif blog

Ceci N’EST PAS un blogue collectif. Ta yeule.

Temps des fêtes, prise de conscience et résolution

Salut à vous, amis de la blogosphère.

Tout d’abord, si vous êtes des disciples convaincus de Jésus et lisez mon blogue seulement pour avoir de ses nouvelles, je vous conseille d’arrêter immédiatement votre lecture, ce post ne le concerne nullement. Désolée.

Comme vous vous en doutez, la fin de session de merde est terminée, les temps des fêtes est passé et on est déjà en 2009.  Comme le temps passe vite.  Je me rappelle comme si c’était hier avoir commencé l’an 2000 avec fracas, une flûte de champagne à la main.  Mais ce n’était pas hier, c’était il y a 9 ans et j’avais 12 ans.  Eh oui, mon premier verre d’alcool à vie, je l’ai bu dans les premières minutes de l’an 2000, c’est quelque chose quand même! Et si je ne me trompe pas, j’ai aussi bu celui de mon frère. Héhé.

Donc.  Tout ça pour revenir au temps des fêtes, qui fut une période mémorable, mais d’année en année, je me rend compte que ma famille vieillit, et moi de même.  Je suis rendue à l’âge de faire le party comme une vraie mais j’ai personne avec qui le faire.  Ceux qui connaissent ma famille savent que je n’ai qu’une seule cousine de mon âge et que nous sommes seules, avec mon frère, de cette génération puisque ceux qui m’ont précédé sont 8 ans plus vieux (en montant) et ont des petites familles et ceux qui nous ont suivis sont 8 ans plus jeunes (en descendant), donc pas en âge de nous suivre dans nos déboires.  Mais oh! comble de malheur, ma cousine travaillait en ce temps des fêtes, je ne l’ai donc pas vue.  Et mon frère est un être bizarre, pas sociable et n’aimant pas du tout l’alcool.  J’ai quand même eu du plaisir mais j’ai fait le party comme une matante.

Prise de conscience de ma part: plus je vieillit, plus je trouve les partys de famille plates.  L’an prochain, je vais fêter avec la famille, mais pas dans 5 soupers/partys différents.  Un ou deux, ça fait l’affaire.  J’ai besoin de faire la fête pour vrai une fois de temps en temps!

Avec la nouvelle année arrivent souvent les résolutions pour certaines personnes.  J’ai souvent essayé d’en prendre, mais je n’ai jamais réussi à les tenir.  Pas que je n’étais pas capable, mais je ne m’en rappelais plus au bout de quelques jours.  Ça n’a jamais été quelque chose de très important pour moi.  Mais cette année, j’ai LA résolution.  Et je l’écris dans mon blogue, alors je n’aurai pas le choix de m’en souvenir.  Ce n’est pas conventionnel comme résolution, je vous avertis.

Je sais qu’une grande majorité d’entre vous connaissez le jeu.  (Haha, vous avez perdu!)  Dans une des variantes du jeu, celui-ci se termine automatiquement quand le chef d’État du pays dans lequel vous vivez dit à la télé nationale qu’il a perdu le jeu.  Pour ceux qui se demandent quel est le lien entre ça et ma résolution, eh bien c’est très simple.  Je veux faire arrêter le jeu.  Et je compte faire tout ce qui est en mon pouvoir pour le faire.  J’ai déjà une stratégie, que je ne dirai pas, de peur que quelqu’un essaie de le faire avant moi, mais je n’ai pas de plan B.  Si vous avez des idées, ne vous gênez pas, écrivez-les, ça pourrait servir.

Mon but en fait est d’entrer dans l’histoire comme étant la fille qui a fait arrêter le jeu.

Publicités

janvier 7, 2009 Posted by | Fun!, Vécu | 4 commentaires

Clisthène et Gatineau ou le pawnsheüp isonomique

Ça m’apprendra à écouter de la musique en étudiant.

J’suis vraiment pognée sur Gatineau et compagnie depuis quelques jours (étonnant, non?) et j’ai eu la (pas très) merveilleuse idée d’en écouter pendant que je me bourrais le crâne d’histoire de l’Antiquité.  J’sais que ça ne vous dit pas grand chose, mais mes collègues du bac comprennent que c’est un cours qui a (fucking) plein de matière, de noms, de dates à retenir.  On voit en une session ce qu’on pourrait étudier pendant 3 ans. Vraiment.  C’est LE cours avec trop de choses à retenir.

En plein examen cet après-midi, j’essayais de me concentrer sur ma question.  Un grosse question synthèse chiante qui demandait d’expliquer comment et pourquoi Athènes était devenu une cité démocratique/isonomique et pourquoi et comment Rome était devenu un système de type républicain entre tel et tel siècle. Ça, c’est la question simplifiée. La vraie faisait au moins 10 lignes.  Donc, question qui fait chier, et pendant que j’essaie de me souvenir qui a instauré le crisse de système isonomique, tout ce que j’ai dans la tête, c’est:

Essayer d’faire ta place à Montréal pas d’cash
C’est comme péter le 120 en moto pas d’casque
Dans ton vieux linge brun t’as donc ben donc pas d’classe
Ça parle de toi sur internet dans tous les podcasts

Oh! Si tu pensais partir dans le sud c’t’année
Je pense pas que casser ton cochon c’t’assez
Oublie pas que l’argent que tu me dois c’t’à moé
Amène-moi-le j’tanné

Ouais… pas très historique tout ça.  Aucun rapport avec le système isonomique de Clisthène. (J’m’en suis jamais rappelé, j’viens d’aller voir mes notes…)  J’me suis rappelé pourquoi j’étudie en silence d’habitude.  À moi de ne plus l’oublier maintenant.  J’dois être la seule personne sur terre qui n’apprend pas de ses erreurs!

HEILLE! PARTY DE FIN DE SESSION CE SOIR, MES HISTOIREUX! YESSIR!
Moi j’veux voir JP et Tim chanter au karaoké.
J’vais être saoule.

Pis c’est demain soir le shoooow! (Dernière fois que j’en parle, promis!)

Question nowhere de même.  C’est quoi les conventions qui régissent le poke sur facebook?  Ça m’intéresse.

décembre 11, 2008 Posted by | Musique, Vécu | 6 commentaires

Sondâââge

Bonjour, je m’appelle Geneviève et j’aimerais prendre quelques minutes de votre temps pour vous poser une question.  C’est facile et rapide.  (Edit: Après écriture, c’est pas mal plus long que je pensais… endurez! Héhé!)  Vous avez même droit à un choix de réponses.

Bon, plus sérieusement, ces derniers temps, je me pose des questions par rapport à mes cheveux.  Je pense que j’ai besoin de changement.  J’adore mes dreads et je trouve ça bien joli, mais un moment donné, ça va faire.

Ils ont beau être lavés aussi souvent que n’importe quels cheveux, ça reste des dreads et du shampooing, même «sans résidus», même «fait exprès pour les dreads», ça reste du shampooing, et à moins de passer des heures à rincer sous la douche, il en reste toujours un peu.  Ça pique.

Autre phénomène que j’observe: Normalement, le cuir chevelu se renouvelle en éliminant des cellules superficielles de la peau, de façon insensible, sans que nous ne les remarquions. (tiré de wikipedia, j’pouvais pas mieux formuler la phrase)  Imaginez mon cas.  Les cellules se détachent du cuir chevelu, mais au lieu de s’en aller avec le mouvement des cheveux, elles restent, puis qu’elles ne peuvent pas aller ailleurs, mes cheveux étant attachés ensemble de façon permanente.  Ah, bien sûr, ça s’en va en grande majorité au rinçage, pendant les quelques heures que ça prend pour enlever le shampooing.  Mais quand même, une partie reste, vous ne le voyez probablement pas, mais moi je le remarque et c’est déplaisant.

Pis c’est de l’entretien si je veux qu’ils restent beaux.  Au moins une fois par mois, je dois refaire les bases, pour que, quand les cheveux poussent, ça reste en forme de dread et non en cheveux lousses.  Ça me prend une demi-journée le faire.  Et ça, c’est quand ça ne me tente pas de retoucher les pointes et de couper les cheveux qui dépassent trop à mon goût.

Voyez, même avec des putains de dreads, j’arrive à être perfectionniste.  C’est fou, hein?

Mais bon, j’les aime mes dreads moi.  Tsé j’ai beau chiâler, j’les aime beaucoup et je rêve qu’ils soient plus longs.  C’est certain que je ne les aurai jamais aux fesses… Des plans pour les avoir encore à 30 ans, ce que je ne veux pas.  Mais ils sont beaux, bien faits, avec des jolies billes dedans, propres et ils ont pris crissement beaucoup de temps à faire.

Ça ne me tente pas de m’en débarasser et de le regretter après… Parce que c’est bien vrai que des cheveux ça repousse, mais je ne referai plus de dreads dedans, alors c’est une décision à prendre au sérieux.

Pour ceux qui croient que je vais passer le clipper dans ma tignasse, détrompez vous.  Je n’ai aucunement l’intention de me raser le coco. Beuh.  Non merci, pas pour moi.  En fait, j’ai l’intention d’essayer vraiment fort de les démêler… quitte à ce que ça prenne une semaine et trois caisses de revitalisant.  On sait jamais, ça pourrait donner de quoi.   Mais je ne les laisserais pas à leur pleine longueur, ils vont être tous cassés, j’aurai pas le choix de raccourcir pas mal, mais démêler les dreads me donnerait du jeu pour avoir une belle coupe.

Si ça ne fonctionne pas, je vais en couper une partie et démêler l’autre, mais d’une façon ou d’une autre, des noeuds vont de défaire, parole de scoute (LOL)!  Mais bon, je pensais peut-être le faire pendant les vacances des Fêtes… ou à l’été.  Probablement plus à l’été, les vacances de Noël arrivent un peu vite et ça me fait peur.

Donc.  C’était le texte préparatoire à la question fatidique.  Presqu’aussi mélangeant qu’un référendum pour la souveraineté!  Voici donc la fameuse question et les choix de réponses:

n527945026_1900284_29281 Devrais-je me défaire de mes dreads?

a) Asti, c’était le temps que tu y penses!
b) Oui, à condition que ta coupe après ne soit pas trop courte.
c) Pas avant un an ou deux, garde-les encore un peu, come on, sinon tu vas le regretter!
d) Non. T’as pas le droit.  Ils sont la seule raison pour laquelle je te parle.  Sans eux, t’es rien.
e) J’vais juste te prendre un #1 s’il-te-plaît.

Alors, vous en pensez quoi?

(Concept la photo, hein?)

décembre 7, 2008 Posted by | Sondage, Vécu | 11 commentaires

Y faut que j’update plus!

Suite à la demande d’un certain Alejandro, voici un update.

Comme la majorité d’entre vous le savez déjà, je suis allée au tournage du vidéoclip des Cowboys cette fin de semaine.  J’ai fini par me rendre en autobus samedi soir au lieu d’y aller dimanche matin et Banco m’a rendu un joli service en m’hébergeant.  Ce fut une bonne chose, puisque j’ai passé une très belle soirée aux Verres en belle compagnie.  Et le CH a gagné, que demander de plus?

Pour ce qui est de dimanche, on a passé une belle journée!  Le concept était de faire des portraits des figurants, donc on se faisait filmer en train de faire des niaiseries quelconques, seul, en couple ou en groupe (ce qu’on a fait avec plaisir) et de construire une maison en bois rond morceau par morceau.  On prenait un (faux) billot à 2-3 personnes ou plus et on allait le placer, puis se placer en arrière et taper des mains/sourire/chanter et jouer aux gens heureux et naïfs.  On a eu plein de fun, malgré le froid et les pieds mouillés pour certains d’entre nous.

Je tiens à préciser que j’ai rencontré plein de gens super. J’VOUS AIME, COLASE!

Je finirai en disant j’te prendrais juste un numéro un s’il-te-plaît.

Vagin.

décembre 2, 2008 Posted by | Fun!, Musique, Vécu | 5 commentaires

Tant qu’on aura de la frustration

INVITATION AU TOURNAGE DU VIDÉOCLIP TANT QU’ON AURA DE L’AMOUR !

J’ai vu ça, il y a 2 jours. J’étais tu assez contente vous pensez?  Ceux qui me connaissent savent que j’adore les Cowboys, et qu’en plus, c’est ma toune!

J’ai voulu y aller, mais à partir de ce moment-là jusqu’à ce matin, j’ai essuyé défaite par dessus défaite.  Personne ne veut ou ne peut se rendre sur place à partir de Sherbrooke.  Untel travaille, l’autre a pas d’auto, l’autre veut juste pas, et la liste s’allonge, mais personne peut.  En gros, on est une gang de Sherbrooke qui veut y aller et qui n’a pas les moyens.

Prochaine fois, je ne promettrai à personne de les embarquer si je trouve un lift, c’est ça qui m’a perdue.  Oui on aurait pu se rendre à Montréal avec Allô-Stop, Amigo Express, en autobus ou même en train, et je sais que j’aurais pu facilement trouver quelqu’un à Montréal pour m’embarquer.  Mais embarquer 5-6 personnes, c’est plus problématique.

Ce matin, au bord de la panique alors que mon dernier espoir s’était envolé en fumée, j’ai décidé d’envoyer promener les autres et de m’occuper seulement de ma petite personne (je sais, égoïste, mais too bad!).  J’ai voulu aller m’inscrire le plus vite possible, vu que les places étaient limitées, ensuite je me serais arrangée avec les moyens du bord pour me rendre.  Trouver une place dans une auto à partir de Montréal, ça n’aurait pas été très difficile, le 3/4 des gens inscrits habitent la métropole.

Le nombre de figurants est maintenant complet pour le tournage!  Merci beaucoup de votre participation!

C’est évidemment le message qu’il y avait quand je suis allée sur le site pour m’inscrire.

Là, je suis frustrée.  Très.  Mais je suis d’abord et avant tout en colère contre moi-même.  Ça m’apprendra.  Ça m’apprendra à prendre pour acquis que quelqu’un allait m’embarquer.  Ça m’apprendra à être (encore) à la dernière minute.  Ouais, ça m’apprendra…

 

Pis juste parce que ça me tente, et que c’est une jolie chanson naïve, voici les paroles:

Tant qu’on aura de l’amour
Paroles et musique: J-F Pauzé 

Depuis qu’on a lâché prise
On voit de la couleur dans les zones grises
Il y a du bon dans la froidure de novembre
Elle nous permet de nous coller plus ensemble
Sous une couette
Tout nus pas d’bobettes!

Tant qu’on aura de l’amour
De l’eau fraîche et de l’air pur
Un toit et puis quatre murs
Ce sera la joie dans not’ cour

On apprécie les p’tites choses
Trop d’attentes vaines rendent la vie morose
Astheure si on a l’vent dans’ face en partant 
Ben on s’dit qu’on l’aura dans l’dos en rev’nant
Ou vice et versa
On s’badre pu avec ça!

Tant qu’on aura de l’amour
De l’eau fraîche et de l’air pur
Un toit et puis quatre murs
Ce sera la joie dans not’ cour

On se plaint pas quand y mouille
C’est ça qui fait pousser nos plants de citrouilles
L’été on est heureux quand il fait très chaud
Car le soleil réchauffe nos coeurs d’artichauts
Comme je t’aime
Veux tu que l’on sème!?

Tant qu’on aura de l’amour
De l’eau fraîche et de l’air pur
Un toit et puis quatre murs
Ce sera la joie dans not’ cour

Tant qu’on aura de l’amour
De l’eau fraîche et de l’air pur
Un toit et puis quatre murs
Ce sera la joie dans not’ cour

novembre 28, 2008 Posted by | Musique, Vécu | Laisser un commentaire

Moi vs le miroir

Y’a des jours comme ça où en me regardant dans le miroir, j’ai un choc.  Bien sûr, comme tout le monde, je me regarde à chaque jour, mais des fois, je fais plus que ça, je m’observe attentivement.  C’est comme si pendant des semaines, je m’étais regardée sans me voir.

Ce matin, j’ai vu.  J’ai vu la fille colorée avec ses dreads et sa lèvre percée, celle avec ses écouteurs dans les oreilles qui sait où elle s’en va, celle qui passerait inaperçue à New York (ceux qui ont à comprendre comprennent, héhé).  Bref, celle que j’avais souvent voulu être mais que je n’avais jamais espéré devenir. Si la Geneviève de 12 ans pouvais voir celle de 20 ans, elle aurait hâte de vieillir.

Mais les apparences sont souvent trompeuses…   J’ai aussi vu cette fille, que tout le monde a un peu peur d’approcher, pas parce qu’elle est méchante, juste parce qu’elle a l’air inaccessible.  J’ai vu cette fille qui est aussi normale que les autres et qui a aussi ses problèmes et ses angoisses.  J’ai vu des complexes et des déceptions.  Mais j’ai aussi vu du bonheur et des désirs, des projets et de l’espoir.

Tout ne peut pas complètement noir ou complètement blanc.  Je ne suis pas ce que j’aurais voulu être, je ne suis pas ce que je ne voudrais pas être, je suis moi, tout simplement.

Moi.

octobre 27, 2008 Posted by | Vécu | Laisser un commentaire

meh…

Je sais, je sais, j’écris pas beaucoup. Mais je suis en vacances et j’ai autre chose à faire, bon.

J’vous avais avertis de toute façon que mon emballement pour les blogues ne serait que passager.

Je suis à Gat depuis jeudi passé.  Jusqu’à maintenant, j’ai vu ma famille, fait des activités intéressante et je planifie peut-être une escapade à Montréal pour la fin de semaine prochaine, mais ça reste à confirmer. J’sais pas c’que j’attends pour me décider.

C’est bizarre, avoir plein de choses à faire, plein de monde à appeler, mais juste pas le goût.  J’me sens tout croche. Un instant je veux sauter partout et l’autre juste m’asseoir dans un coin et ne voir personne.

Ça va passer, je crois.

D’ici la fin de la semaine, j’espère.

octobre 22, 2008 Posted by | Vécu | Laisser un commentaire

Scène d’automne

J’ai assisté à une scène touchante il y a quelques minutes…

Un jeune couple, mi-vingtaine, avec un jeune garçon d’à peine un an.  Le décor est parfait, les arbres ont des couleurs de feu, quelques feuilles s’éparpillent sur le sol, le ciel est bleu et il y a un petit vent calme.  Le papa a son garçon dans le bras et le fait rire en le faisant voler dans les airs, comme seul un papa sait le faire.  La maman prends des photos, et regarde ses hommes comme si rien ne pouvait arrêter ce moment de bonheur.

Tout est parfait.  Ces photos vont probablement traîner dans un album dans quelques années, et ils pourront se remémorer les petits moment simples qui font en sorte que la vie est si belle.

C’est en voyant des gens vivre des instants pareil qu’on se dit que le bonheur n’est pas si loin, finalement.

octobre 4, 2008 Posted by | Vécu | Un commentaire

Maman…

Viens me sauver.

J’suis malade.

Ça m’apprendra à pas dormir, presque pas manger, avoir mes cours dans des classes froides quand mes vêtements sont mouillés et à oublier ma fenêtre ouverte la nuit.

Combinaison de tout ça: pas cool.  J’suis clouée dans mon lit.  J’ai chaud, j’ai froid, j’ai mal au coeur, ma tête va exploser et j’ai à peine assez de force pour me virer de côté.

M’en retourne me coucher, fuck les cours aujourd’hui.  Ça serait un plan pour que je meure en chemin.

octobre 2, 2008 Posted by | Vécu | Un commentaire

Comme dans l’ancien temps

Aujourd’hui j’ai eu l’idée du siècle.

J’avais (vraiment) besoin de faire du lavage et je n’ai pas de laveuse.  Rien de spécial jusqu’à maintenant, mais j’ai une haine profonde pour les buanderies… Je ne sais pas pourquoi, mais m’écraser sur une chaise pas confortable à regarder tourner mon linge dans une machine pendant qu’un monsieur bizarre me fixe en marmonnant, non merci.

Donc, j’avais plein de lavage à faire, et aucun goût de traîner tout ça à la buanderie.  J’ai eu l’envie soudaine et bizarre de laver mon linge à la main.

Riez pas!

C’était vraiment une bonne idée quand j’y ai pensé en premier.  Un bain, de l’eau chaude, du détergent, des vêtements et des mains.  Plein de plaisir en perspective!  Et j’avais vraiment du fun! Mais j’ai trouvé un inconvénient, un seul.  Je ne peux pas tordre mon linge comme si j’étais Hugo Girard… Premièrement, je ne suis pas assez forte, et deuxièmement, j’veux pas tuer mes vêtements!!

Donc n’ayant pas de sécheuse, j’ai pas le choix d’étendre mes vêtements pour qu’ils sèchent… MAIS ÇA PREND CRISSEMENT PLEIN DE TEMPS! On est plus en juillet…  Déjà que les vêtements qui sortent de la laveuse ne sèchent pas vite, imaginez ceux qui n’ont pas passé à travers un cycle «spin»!  En gros, ça fait des heures que mes vêtements sont propres, mais j’pense bien qu’ils vont être secs d’ici une semaine ou deux….

Bon, je chiâle beaucoup, mais c’est quand même pas mal plus plaisant que d’aller à la buanderie… pour l’instant.  Quand je serai tannée, le monsieur bizarre sera probablement content de me revoir…

septembre 28, 2008 Posted by | Vécu | 3 commentaires